Rechercher
  • laurent

#01 : Annecy, Séoul, Angoulême

Fan de Personnage 3D, bonjour et bienvenue dans ce premier article officiel du Blog de Karlab.


Aujourd’hui, je vais te parler de mon passage au Festival International de la BD d'Angoulême.

Alors, tu vas me dire “quel rapport avec le personnage 3D ?”.

Kim Kung Gi & me @ Festival Angouleme 2019

En 3 mots: Kim Jung Gi.


C’est au Festival d’Annecy l’an passé que Jean-Christophe Caurette, éditeur, nous avait parlé de cet artiste, que nous adorons chez Karlab. Nous lui avions alors proposé une collaboration, une sculpture par exemple.


L’idée lui a plu, et quelques mois plus tard, nous avons décidé de profiter des expositions des œuvres de Jung Gi au Art Fair 2019 et à la Galerie Daniel Maghen en avril 2019 pour créer une sculpture officielle en collaboration avec l’artiste.

Oh joie !!


Retour à Angoulême où je suis invité par Jean-Christophe, pour voir Jung Gi et rencontrer le reste de son équipe.

Après quelques heures de route qui m’éloignent agréablement de la grisaille parisienne, je pose mes valises chez mes amis Alexandre et Aurélie Bretheau pour les deux prochains jours, tous deux professionnels de la 3D avec qui j'ai travaillé. Vive le réseau !


Jeudi 23 janvier : Jour 1 sur le festival :


Sur le stand des Editions Caurette, beaucoup d’artistes ultra talentueux qui vont dédicacer leurs oeuvres pendant tout le festival… Un véritable marathon pour:

The Caurette Crew !!

Kim Jung Gi – Le « prodige » coréen, qui donne également 3 représentations de concerts dessinés au Théâtre de la Ville, accompagné par une formation de l’orchestre philarmonique de Paris.

(infos sur http://www.bdangouleme.com/1388,concerts-de-dessins). Dernier opus en date : le sketchbook 2018.


Karl Kopinski – Le grand prix du festival de Lucca (2015) , il est là pour présenter un magnifique recueil d’illustration en avant-première à Angoulême : THE BIG KOPINSKI.


Jesper Ejsing – Illustrateur danois célèbre pour ses peintures fantastiques, il présente, également en avant-première à Angoulême, son premier artbook : ELSEWHERE.


Armel Gaulme – Un dessinateur incroyable qui dédicace son magnifique BESTiary.


Viktor Kalvachev – Illustrateur bulgare vivant à Paris, il vient de sortir INSPIRE, son premier recueil d’illustrations


Eric Hérenguel – Avec la sortie en avant-première du volume 2 de THE KONG CREW, préparez-vous pour la grande aventure. Au menu : des dinosaures, des avions, des roadsters et un teckel ! GÉNIALISSIME !


Les fans et les collectionneurs peuvent faire la queue pendant des heures pour avoir la dédicace de leurs artistes préférés.

C’est très organisé. Il faut même des “tickets” pour certains artistes qu’on obtient en achetant une de leurs œuvres sur le stand de l’éditeur.


C’est très différent du MIFA d’Annecy. Les stands des éditeurs sont tenus par des vendeurs, et non des décisionnaires venus présenter leur société.

J’espérai par exemple présenter Karlab au stand de la société ATTAKUS, spécialisée dans la figurine. Je passe, ce ne sera pas pour cette fois.

Je décide donc de profiter des conférences et expositions du festivals.



Et en particulier, celle du grand Tsutomu Nihei, un de mes mangakas préférés, l’auteur du fabuleux BLAME! .

Très belle expo, avec beaucoup de planches originales de ses oeuvres phares. Et une très belle sculpture grandeur nature du héro de sa dernière série.

C’est très intéressant de voir l’évolution de son style à travers les années.

De très sombre et chargé sur BLAME!, à très aéré et minimal sur son dernier titre Aposimz. En passant par Knight of Sidonia, dans laquelle on sent que Nihei a testé beaucoup de nouvelles choses pour trouver son nouveau style.


Des mots de l’artiste affichés sur les murs, c’est surtout pour pouvoir tenir la cadence de production qu’il a orienté son style vers quelque chose de plus léger qui prend moins de temps à faire.

Et oui, derrière l’art, il y a encore et toujours une industrie…


Une industrie qu’on sent au final un peu partout sur le festival.

La quantité astronomique d’œuvres différentes vendues sur les stands est incroyable.

J’ai appris que 6000 titres sortaient par an. Cela fait plus de 100 par semaine !!

C’est la guerre au volume. Plus ta maison d’édition sort de titres, plus elle a de place sur les étagères des librairies, et donc plus elle vend…

Forcément, on est dans la quantité là, et donc la qualité…


Et bien, ce qui est dingue, c’est qu’il y en a !!! En tout cas, graphiquement, c’est assez impressionnant de voir autant de talent à chaque coin de stand ! Tout n’est pas foufou bien sûr, mais tout de même.

Après, niveau scénario, difficile de donner un avis.

D’expérience personnelle, sur les 5 dernières BDs que j’ai achetées, 1 histoire était top, et une autre avait un potentiel. On reste donc sur un classique de 20 % de qualité sur la masse produite.


Je continue de découvrir ce milieu de l'édition. C’est passionnant.

Autour d'un bon repas, on parle beaucoup de Romans Graphiques qui explosent les codes de la BD classique.

Ils ont vraiment le vent en poupe depuis quelques temps.


Ça me donne des idées.


Une bonne première journée passée avec un rhume dans le froid mais avec du soleil et des personnes très sympathiques.


Merci de m'avoir lu.

Votre dévoué serviteur

Laurent


>> Suite et fin de mon périple à Angoulême dans le prochain post.